L’ascension du Mont-Blanc de Ludovic Escande

L'ascension du Mont-Blanc de Ludovic Escande

Grimper au sommet du Mont-Blanc quand on est sujet au vertige ? C’est le pari fou qu’a relevé Ludovic Escande aux côtés de Sylvain Tesson et Jean-Christophe Rufin. Une aventure humaine extrêmement forte qu’il raconte dans ce livre intime et courageux qui l’a sauvé du bord du gouffre. 

Quatrième de couverture
Quand Jean-Christophe Rufin et Sylvain Tesson emmènent leur ami sujet au vertige à 4 800 mètres d’altitude… 
Éditeur parisien, Ludovic Escande est plus habitué aux salons littéraires qu’aux bivouacs en haute montagne. Un soir, il confie à son ami Sylvain Tesson qu’il traverse une période difficile. L’écrivain lui lance : « Mon cher Ludovic, on va t’emmener au sommet du mont Blanc ! » Il n’a jamais pratiqué l’alpinisme et souffre du vertige. Pourtant il accepte, sans réfléchir. S’il veut atteindre le toit de l’Europe, il devra affronter les glaciers à pic, les parois vertigineuses, la haute altitude et le manque d’oxygène. La voie que lui font emprunter Jean-Christophe Rufin et Sylvain Tesson est périlleuse pour un débutant. Mais c’est le plus court chemin pour retrouver goût au bonheur. 
Avec sincérité et humour, Ludovic Escande raconte cette folle ascension qui est aussi et surtout une formidable aventure amicale, littéraire et spirituelle.
Mon avis
L’ascension du Mont-Blanc n’est pas un récit de voyage comme les autres. C’est une catharsis, une fuite en avant pour éviter de tomber dans l’abîme. 
Ludovic Escande est éditeur à Paris. En pleine procédure de divorce, il vit des heures sombres, entre crises d’angoisse et insomnies. C’est alors que Sylvain Tesson, son ami, lui propose un pari fou : faire l’ascension du Mont-Blanc en compagnie de deux alpinistes confirmés, le champion du monde d’escalade Daniel Du Lac et l’académicien Jean-Christophe Rufin. Contre toute attente, Ludovic Escande accepte aussitôt. Ce n’est qu’une fois au pied de la montagne que la vérité lui revient en pleine face : il souffre d’un vertige incontrôlable.
Avec l’aide de ses amis, pas mal d’anxiolytiques et beaucoup de courage, Ludovic Escande va gravir, un pas après l’autre, les 4 810 mètres du Mont-Blanc. Une aventure incroyable qu’il raconte dans ce texte profondément touchant. Avec courage, l’auteur livre ses angoisses les plus intimes et se décharge peu à peu du mal être qui le tirait vers le fond.

L'ascension du Mont-Blanc de Ludovic Escande
Ce récit, c’est aussi une formidable histoire d’amitié entre des personnalités hors norme que l’on ne connaît au fond qu’à travers leur image médiatique. Il y a quelque chose de délicieux à découvrir Sylvain Tesson et Jean-Christophe Rufin braillant, ivres, des chansons paillardes à trois heures du matin ou dévalant des pentes enneigées sur les fesses. « Et il a fallu que ce soit eux, une tribu de types pas sérieux, d’écrivains déguisés en alpinistes, qui [se] rendent compte [de ma tristesse] et m’aident à traverser cette incroyable tempête », écrit Ludovic Escande. Et le vertige n’est plus.
En bref
Un récit de voyage intime et courageux, drôle et touchant de sincérité, qui prouve que gravir des sommets, c’est aussi devenir plus léger. Un texte inspirant qui donnerait presque envie de chausser les crampons.
Le livre
L’ascension du Mont-Blanc de Ludovic Escande
Editions Pocket (2018), 128 pages
Publié initialement chez Allary Editions
Un grand merci aux éditions Pocket pour cette lecture !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire