Fondation et Empire (Le cycle de Fondation, tome 2) d’Isaac Asimov

Fondation et Empire (Le cycle de Fondation, tome 2) d'Isaac Asimov


Quelques mois après avoir lu le premier volet du cycle de Fondation d’Isaac Asimov, je me suis tout autant régalée avec le second tome qui promet une intrigue palpitante.

Quatrième de couverture
Tandis que les crises qui secouent l’Empire redoublent de violence et annoncent son effondrement définitif, la Fondation créée par le psychohistorien Hari Seldon pour sauvegarder la civilisation devient de plus en plus puissante, suscitant naturellement convoitise et visées annexionnistes. En tout premier lieu, celles de Bel Riose, jeune général qui voit dans les secrets détenus par la Fondation le moyen de monter sur le trône. C’est alors qu’apparaît un mystérieux et invincible conquérant, surnommé le Mulet, que le plan de Seldon n’avait pas prévu…
Mon avis
Trois siècles après la prophétie du célèbre psychohistorien Hari Seldon, les choses ont bien changé dans la Galaxie. La Fondation, créée à l’origine pour préserver le savoir humain et éviter que l’humanité ne tombe dans la barbarie, a renforcé son pouvoir. Mais elle est dirigée par des bureaucrates confiants et orgueilleux, trop sûrs d’eux pour voir arriver une menace que Seldon n’avait pas prévue : un mutant belliqueux qui se fait appeler le Mulet. Une crise qui pourrait bien mettre un terme à la Fondation.
Dans ce second tome, les ellipses sont bien moins nombreuses que dans le premier : il n’est plus question d’énumérer une à une les différentes crises que rencontre la Fondation, mais bien de s’attarder sur celle qui lui donne du fil à retordre. Isaac Asimov met donc en place des personnages plus construits que dans le premier tome, puisque ce sont eux que nous allons suivre tout au long du récit. Il s’agit de deux jeunes gens pleins de fougue et d’astuce, Toran et son épouse Bayta, bien décidés à enrayer les plans du Mulet.
Au détour de l’intrigue transparaissent des thèmes universels qu’Asimov avait déjà abordés dans le premier volet : l’attraction du pouvoir, la possibilité (ou non) de prédire l’avenir, mais aussi la lutte pour un système politique plus juste.
Entre le roman d’énigmes et le space opera, Fondation et Empire est un texte à l’allure plus rapide que le premier tome du cycle. Isaac Asimov égraine les indices et brouille les pistes qui mènent au Mulet, pour finalement terminer son récit sur un final surprenant qui ne donne qu’une envie : lire la suite.
En bref
Une excellente suite au premier tome du cycle de Fondation : un roman intelligent, profond, addictif et inattendu !
Le livre
Fondation et Empire (Le cycle de Fondation, tome 2) d’Isaac Asimov
Traduit de l’américain par Jean Rosenthal
Traduction complétée et harmonisée par Philippe Gindre
Editions Folio (2009), 432 pages
Publié initialement aux éditions Denoël
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire