Fais de moi la colère de Vincent Villeminot

Fais de moi la colère de Vincent Villeminot

Déroutant. C’est le premier mot qui me vient à l’esprit en pensant au premier roman pour adultes de Vincent Villeminot, Fais de moi la colère. Un récit halluciné et ardu, dérangeant, qui résonne comme une prophétie de la fin du monde.

Quatrième de couverture
Le jour où son père, pêcheur de longue date, se noie, Ismaëlle se retrouve seule. Seule, vertigineusement, avec pour legs un métier d’homme et une chair de jeune fille. 
Mais très vite, sur le lac franco-suisse, d’autres corps se mettent à flotter. Des morts nus, anonymes, par dizaines, par centaines, venus d’on ne sait où — remontés des profondeurs de la fosse. C’est en ces circonstances qu’Ismaëlle croisera Ezéchiel, fils d’un « Ogre » africain, qui a traversé les guerres du continent noir et vient sur ces rives affronter une Bête mystérieuse.
Mon avis
On connaît Vincent Villeminot pour ses romans jeunesse et young adult. Avec ce premier roman pour adultes à l’intrigue sombre, il change totalement de registre.
Ismaëlle, 18 ans, vit seule depuis la mort de son père, noyé dans le lac Léman alors qu’il pêchait sur sa barque. Un jour, le lac rejette sur ses rives un cadavre, puis deux, puis trois, puis des centaines, flottant les uns contre les autres à la surface de l’eau. Ce sombre présage annonce la venue d’un homme, Ezéchiel, fils d’un « ogre » africain, et d’une bête, Mammon, tapie dans les profondeurs du lac. Ensemble, Ismaëlle et Ezéchiel se préparent à l’affronter, comme pour laver les crimes de leur espèce.
Dès les premières pages, l’hostilité du décor et l’extrême solitude d’Ismaëlle mettent terriblement mal à l’aise. Une impression renforcée par la prose laconique, crue, pessimiste, dans laquelle chaque mot est implacable et raisonne comme une sentence. Les références à la Bible et à Moby Dick d’Herman Melville sont si nombreuses qu’il est difficile de comprendre la portée de ce roman sans les avoir lus.
Fais de moi la colère de Vincent Villeminot
Mais après quelques dizaines de pages, on entrevoit peu à peu où l’auteur a voulu nous mener. Il transpire de ce récit la culpabilité portée par Ismaëlle et Ezéchiel, résultat de la violence infligée par leur espèce à leurs semblables. Il est question de génocides africains, de l’Holocauste, des dérives de la finance et même du crime originel, celui d’avoir « tué » sa mère en naissant. Combattre Mammon, cette bête qui ressemble tant à la baleine blanche de Moby Dick, c’est un peu, en somme, affronter sa propre monstruosité pour laver les crimes de l’humanité… avant le prochain cataclysme.
En bref

Ce texte profond mais ardu est une relecture du Moby Dick d’Herman Melville à notre époque. C’est un roman déroutant et pessimiste qui serre la gorge et met mal à l’aise, qui parle de culpabilité, de repentir et de péchés à racheter. A réserver aux lecteurs avertis.
Le livre
Fais de moi la colère de Vincent Villeminot
Editions Les Escales (2018), 288 pages
Un grand merci aux éditions Les Escales pour cette lecture.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire