Complot de Nicolas Beuglet

Complot de Nicolas Beuglet


L’année dernière, j’avais été happée par le premier roman de Nicolas Beuglet, Le Cri. Depuis, j’attendais avec impatience de lire la suite, Complot. Et je n’ai pas été déçue par ce polar féministe au rythme trépidant qui explore les fondements historiques et culturels de la misogynie.

Quatrième de couverture
Un archipel isolé au nord de la Norvège, battu par les vents. Et, au bord de la falaise, le corps d’une femme. Les blessures qui déchirent sa chair semblent être autant de symboles mystérieux.
Quand l’inspectrice Sarah Geringën, escortée par les Forces spéciales, apprend l’identité de la victime, c’est le choc. Le cadavre est celui de la Première ministre. Qui en voulait à la chef de gouvernement ? Sarah, très vite, le pressent : la scène du crime signe le début d’une terrifiante série meurtrière. Dans son enquête, curieusement, quelqu’un semble toujours la devancer. Comme si cette ombre pouvait lire dans ses pensées. Le soupçon d’un complot implacable qui accompagne chacun de ses pas…
Mon avis
Je dois avouer que depuis l’été dernier, l’inspectrice Sarah Geringën et son partenaire de choc Christopher Clarence, les deux protagonistes du Cri, m’avaient un peu manqué. Pas de panique, ils reprennent du service dans Complot. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’action débute sur les chapeaux de roue. Dès les premières pages, le rythme est haletant et l’auteur parvient à maintenir cette cadence de course poursuite durant toute la durée du roman.
Cette fois-ci, l’intrigue n’évolue pas autour de secrets scientifiques, mais autour de croyances et traditions ancestrales relevant de l’archéologie et de la théologie. Leur point commun ? Elles ont été méticuleusement dissimulées afin d’être progressivement oubliées par les cultures modernes. Et sont aujourd’hui au centre d’un vaste complot sensé porter aux nues les hommes comme des êtres supérieurs à la femme. Quitte à éliminer les plus gênantes. A charge pour Sarah et Christopher de découvrir ces secrets et de déjouer les plans des complotistes.
Si Complot est avant tout un histoire (très) romanesque, Nicolas Beuglet a malgré tout maillé son récit de faits et de découvertes archéologiques réelles pour inciter le lecteur à la réflexion. Que ce soient les fouilles de Cliffs End Farm ou les premières traductions de la Bible, tous ces faits avérés (j’ai vérifié moi-même) apportent une addiction supplémentaire au roman et invitent à pousser les recherches plus loin. L’auteur fournit d’ailleurs dans les remerciements une bibliographie très intéressante pour approfondir le sujet. 
En bref
Plus abouti et mieux documenté que Le Cri, Complot est un excellent polar qui ravira à la fois les fans du genre et les curieux que les mystères attirent.

Le livre
Complot de Nicolas Beuglet
Editions Pocket (2019), 576 pages
Publié initialement aux éditions XO
Un grand merci aux éditions Pocket pour cette lecture !
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire