Les Visages de Dieu de Mallock

avis-lecture-les-visages-de-dieu-mallock

C’est le phénomène du moment. Reconnaissable à son curieux pseudo qu’il partage avec son personnage récurrent, Mallock est l’un de ces magiciens qui nous embarquent au carrefour du thriller et du fantastique. Mue par la curiosité, j’ai lu Les Visages de Dieu, le premier tome des aventures d’Amédée Mallock. Attention, coup de cœur !

 

Le résumé de Les Visages de Dieu

Un malade s’amuse à découper des gens et à mettre en scène leur cadavre dans des positions faisant référence à des scènes bibliques. Alors que la police piétine depuis plusieurs mois, les hauts gradés du 36, quai des Orfèvres décident de confier l’enquête au commissaire divisionnaire Amédée Mallock, même s’ils n’apprécient pas vraiment le personnage. Qu’à cela ne tienne, ce sont bien ses méthodes décriées qui font enfin avancer l’enquête et mettent les policiers sur la piste d’un psychopathe qui cherche à reproduire le visage de Dieu…
 
 

Mon avis sur Les Visages de Dieu de Mallock

Bouclez bien vos ceintures avant d’ouvrir Les Visages de Dieu, entrée directe dans le feu de l’action assurée ! Mallock nous embarque dans un page-turner ultra-dynamique, sans le moindre temps mort. L’intrigue, sanglante à souhait, flirte avec le thriller ésotérique, sans toutefois manquer un instant de vraisemblance. Les descriptions sont très réalistes, bourrées de détails, comme ces nombreuses scènes d’autopsie que les âmes sensibles préféreront éviter.

Au centre, Amédée Mallock, personnage haut en couleur et plutôt caractériel, sorte de “gros ours” bourru mais gentil, que l’auteur a eu l’intelligence de faire complexe afin de ne jamais tomber dans la caricature. Avec ses failles et ses méthodes, on s’attache rapidement au commissaire dont on suit les aventures avec délectation.

Un mot sur le style : c’est la meilleure surprise de ce roman. Vive, ultra-réaliste et poétique, l’écriture de Mallock est un mélange inattendu de lyrisme et de prosaïque qui fonctionne à merveille. J’ai également adoré les nombreuses références aux œuvres de Goya et Jérôme Bosch (deux de mes peintres favoris) pour décrire l’esthétique des meurtres :

Oui, il y avait le goût du grotesque chez le Maquilleur. Il y avait chez lui une obsession pour le diable, la rédemption par le supplice, le même penchant esthétique pour la torture et les visions infernales, que l’on pouvait trouver chez Goya ou dans les œuvres de Jérôme Bosch, sur l’aile droite du Jardin des Délices. (p.160)

Pour moi qui suis habituée à ce genre de romans riche en hémoglobine, Les Visages de Dieu est un sans faute. Plus qu’un simple thriller, il réunit une intrigue surprenante, crédible et pleine de rebondissements, un personnage attachant et un véritable travail d’écriture. J’ai déjà hâte de lire la suite des aventures du commissaire Mallock !

 

Le livre

Les Visages de Dieu de Mallock
Editions Pocket (2014), 430 pages

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

1 réflexion au sujet de “Les Visages de Dieu de Mallock”

  1. Coucou les blogueuses(ou blogueurs) ! 🙂
    mon petit monde lecture est dans se blogger -> http://reeadbook.blogspot.fr/
    Je vais vous présenter dans ce blogger ma collection de bouquins et toutes mes connaissances sur le monde littéraire. De plus, j'accepte avec plaisir les avis et les conseils de chacun d'entre vous. ici, vous allez découvrir ma passion, mon univers enchantée ❤
    Venez nombreux ! inscrivez vous a la newsletter et découvrons ensemble la même passion pour les livres ! 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire