Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin-Lugand

avis-lecture-les-gens-heureux-lisent-et-boivent-du-cafe

Cela fait plusieurs années que les livres d’Agnès Martin-Lugand m’attirent, sans que j’ai jamais osé sauter le pas. C’est sous l’influence et les conseils de Fiona du blog Pretty Books que j’ai finalement lu le premier roman de l’auteur, Les gens heureux lisent et boivent du café. Une belle découverte.

 

Le résumé des Gens heureux lisent et boivent du café

Un an après avoir perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture, Diane vit toujours cloîtrée chez elle. Elle passe ses journées à pleurer et à fumer. Les efforts de ses parents et de Félix, son meilleur ami et associé, pour lui redonner goût à la vie ne font que l’enfoncer un peu plus.
 
Pour leur échapper, elle décide de partir en Irlande, une destination qu’elle et son mari projetaient de visiter, avant le drame. Elle abandonne tout pour s’installer dans un petit village au bord de la mer. Là-bas, elle rencontre des gens charmants mais aussi Edward, un homme au caractère bien trempé qui n’hésite pas à la bousculer.
 
 

Mon avis sur Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin-Lugand

 
J’ai lu Les gens heureux lisent et boivent du café en deux heures, par une nuit d’insomnie. Si l’intrigue n’est pas très originale, j’ai beaucoup apprécié les personnages du roman, touchants et attachants. J’avoue avoir été totalement happée par la relation complexe qui naît entre Diane et Edward, par la complicité qui l’unit à Félix, et par la fragilité de Diane, qui découvre peu à peu sa force.
 
Je m’attendais au départ à un roman triste, assez sombre, vus le chagrin et la douleur qui se dégagent des premières pages. Au contraire, c’est un roman lumineux, salvateur, presque thérapeutique. L’écriture fluide d’Agnès Martin-Lugand traduit à la perfection les états d’âme de Diane, la douleur de son deuil, sa détresse face aux doutes, mais aussi la joie de beaux moments partagés. Elle décrit ces émotions avec justesse, sans commettre l’erreur de tomber dans le pathos.
 
J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre, et j’ai même regretté qu’il ne soit pas plus long. La fin m’a notamment laissée sur une note d’inachevé. Heureusement, Agnès Martin-Lugand a écrit la suite, La vie est facile, ne t’inquiète pas, que je lirai dès sa sortie en poche.
 
 

Le livre

Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin-Lugand
Editions Pocket (2014), 186 pages
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

6 réflexions au sujet de “Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin-Lugand”

  1. Ca me fait plaisir que tu aies lu Agnès et que tu aies aimé son premier roman <3 J'espère que tu auras l'occasion de lire les suivants. Bisous!

    Répondre

Laisser un commentaire