Danser, encore de Julie de Lestrange

avis-lecture-danser-encore-julie-de-lestrange
Julie de Lestrange publie la suite tant attendue de son premier roman Hier encore, c’était l’été. Un livre plus sombre, dans lequel l’insouciance de la jeunesse a fait place aux préoccupations de l’âge adulte.
 
 

Le résumé de Danser, encore

Alexandre, Marco et Sophie connaissent une amitié de trente ans et autant d’amour, de blessures, de déceptions et de joies. Désormais adultes, confrontés au poids du quotidien et des responsabilités, à l’existence et ses tourments, sonne l’heure de faire des choix.
 
Mais qu’advient-il dès lors qu’il n’y a plus de guide ?
Que reste-il des certitudes lorsque le sort frappe au hasard ?
 
Juste un vertige, profond et déroutant, des liens indéfectibles, et parfois comme la nécessité de respirer, le besoin de danser et celui de s’aimer.
 
Découvrez la bande de copains drôles et attachants qui a fait le succès de Hier encore, c’était l’été, et plongez dans une magnifique histoire d’amour, un hymne à l’entraide, qui fait la part belle à la vie et à notre humanité.
 
 
 

Mon avis sur Danser, encore de Julie de Lestrange

Dans Danser, encore, nous retrouvons Alexandre, Marco, Sophie, Anouk et leur joyeuse bande quelques années après les avoir laissés. Dans la trentaine, ils sont aujourd’hui installés, ont des enfants pour certains, mais surtout plus de soucis en tête que dans leur jeunesse. Tous sont confrontés à des angoisses profondes qui font vaciller leur équilibre : la maladie, l’injustice et le deuil.
 
Si j’avais eu un gros coup de cœur pour Hier encore, c’était l’été, ce second tome m’a laissée sur une impression plus mitigée. J’ai certes aimé retrouver les personnes attachants du premier roman, mais j’ai eu du mal à retrouver la poésie et l’étincelle de magie qui m’avaient tant séduite. Ce deuxième opus est un récit plus sombre, peut-être un peu plus mature mais, à mon grand regret, plus fade aussi.
 
Le roman doit son titre à une chanson de Calogero à laquelle l’auteur fait plusieurs fois référence dans le livre. Un morceau que je n’aime pas particulièrement, mais dont la mélodie triste correspond finalement bien à l’atmosphère du récit.
 
 
 

En bref

J’ai été légèrement déçue par cette suite que j’ai trouvée plus fade que le premier tome, même si j’ai adoré retrouver les personnages.

Lisez-le si… vous avez adoré Hier encore, c’était l’été

 

Le livre

Danser, encore de Julie de Lestrange
Editions Mazarine (2017), 269 pages

Je remercie les éditions Mazarine pour cette lecture.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire